Lien copié !

Cet événement est passé !

Journée "Nourrir le peuple" - Quand l’agriculture arrive en ville

Thèmes :
Lutte des migrant·es et sans-papiers, antiracisme politique, décolonisation Éducation populaire Lutte pour la protection de l’environnement, écologie Lutte contre le patriarcat, féminismes Lutte des classes, travail et internationalisme Surveillance, répression, libertés, technopolice

Type d'événement :
Réunion publique

Quand ?

Cet événement est passé
Samedi 25 novembre 2023 de 10h00 à 20h00,

Où ?
AERI
57 Rue Étienne Marcel 93100 Montreuil

Le samedi 25 novembre, de 10h à 20h, à l’AERI (57, rue Étienne Marcel, Montreuil), journée dédiée à l’agriculture et l’alimentation.

L’entrée est gratuite, l’événement est ouvert à toutes et à tous.

Accessibilité :

Les salles sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Des purificateurs d’air sont en action ; des masques ffp2 sont proposés (plus de détails plus bas)
Les prises de paroles sont souvent calmes.
La priorité est assurée sur parole, sans nécessité de carte CMI ou de certificat médical.

... et pour que tout le monde se sente bien, laisse tes comportements oppressifs de côté.

Le programme :

 10h : Dans le cadre du festival de films Alimenterre, projection du film documentaire "Tu nourriras le monde", de Nathan Pirard et Floris Schruijer, suivie d’une discussion.

Synopsis :

Ce documentaire retrace l’histoire agricole d’une région céréalière française où se pratique une agriculture particulièrement intensive, la Champagne crayeuse. Pour comprendre les origines des crises sociales et environnementales auxquelles les campagnes de cette région sont aujourd’hui confrontées, deux jeunes ingénieurs agronomes partent à la rencontre de ces céréaliers. A travers le récit de leurs histoires personnelles, peu à peu se reconstruit le fil des politiques agricoles des 70 dernières années, et leur impact sur nos campagnes.

 12h : Repas de soutien à Cadran, 100% bio, paysan et local.

Le concept : les appros sont achetées par Cadran à prix rémunérateur aux paysan·ne·s, et le repas de la cantine est à prix libre. 2 menus : végétarien et végétalien.

Cadran est l’acronyme pour Collectif d’Aide à la Distribution, la Recherche et l’Approvisionnement en Nourriture. On peut aussi dire collectif de ravitaillement. Nous sommes sympathisant·e·s de la paysannerie, et nous répondons à sa demande de lui trouver en ville des débouchés pour sa production.

Le concept : livrer en ville des produits bio ou label au prix de la ferme. En contrepartie, chacun·e est invité·e à donner un prix libre en plus du montant de sa commande. Avec le prix libre, nous retournons voir les paysan·ne·s et nous leur achetons à prix rémunérateur leurs surplus ponctuels, que nous redistribuons en ville à prix libre, aux cantines de quartier, aux collectifs d’habitant·e·s, aux femmes seules avec enfants, bref aux exclu·e·s des réseaux d’alimentation de qualité.
Contact : cadran@riseup.net

 13h30 : Animation - comment élaborer collectivement un projet de Sécurité Sociale de l’Alimentation de gauche ?

Un nouveau concept émerge d’organisations agricoles : la Sécurité sociale de l’alimentation. Au départ, une interrogation : comment assurer un droit à l’alimentation pour toustes ? Comment dépasser les limites de l’aide alimentaire actuelle ? L’occasion de s’interroger ensemble sur comment mettre en place un droit à l’alimentation effectif, en s’inspirant de la Sécurité sociale de 1945 et des luttes sociales du XXe siècle.

On discutera notamment la pertinence de certains passages de ce texte

 14h30 : Présentation et discussion autour du livre "Sans fumier, manuel de maraîchage biologique sans intrant d’élevage pour un futur soutenable", en présence de l’équipe de traduction. Sans fumier ! est la traduction de Growing Green, un manuel de maraîchage sans intrant d’élevage qui fait référence dans le monde anglophone. Des membres de l’équipe de traduction et diffusion du livre vous en proposent une présentation permettant d’apporter des réponses et alimenter des discussions :

La traduction est partie d’un double constat :

Dans les sphères agricoles, professionnelles ou vivrières, l’idée de cultiver des légumes en bio apparaît comme une impossibilité. Par ailleurs remettre en cause la place de l’élevage dans ces pratiques à partir de positions strictement morales ne permet pas d’échanger. Apporter des techniques ayant prouvé leur efficacité depuis maintenant plusieurs décennies peut servir de base à des discussions, échanges et, qui sait, changements de pratiques. Par ailleurs si le veganisme et, dans une moindre mesure, l’antispécisme tendent à gagner en visibilité, la question de la production agricole reste largement impensée. Le livre et les zines que nous apportons peuvent servir de base à une présentation des enjeux.

Présence à confirmer d’un maraîcher pratiquant cette forme d’agriculture.

Plus d’infos sur le site

Retrouvez toute la journée une table de documentation abordant ces thématiques, pour prolonger les discussions.

 15h30 : Jérôme vivait. Présentation de l’histoire de Jérôme Laronze, suivi d’un temps d’échanges avec le public.

Lucie, cousine de Jérôme Laronze, mort sous les balles de la gendarmerie, interviendra pour vous raconter son histoire et comment les normes au service d’une agriculture industrielle tuent les paysan·ne·s d’aujourd’hui. Lire le traitement de l’affaire par Reporterre

 16h30 : Écoute collective du podcast "Travailleurs détachés - les dessous d’une exploitation. Leurs bras pour nos assiettes", suivie d’une discussion avec une des deux autrices, Tifenn Hermelin.

Une enquête menée dans les Bouches-du-Rhône sur les conditions de vie des travailleurs et travailleuses détaché·e·s sous contrat avec des sociétés d’intérim espagnoles. Mauvais traitements, menaces, parfois violences envers les travailleurs et travailleuses : les journalistes décrivent un système rôdé et une omerta rendant précieux tout témoignage. Journalistes, agriculteur·ice·s, inspection du travail, celles et ceux qui se frottent à ces questions sont également confronté·e·s à cette violence.

 18h : Apéro-débat - Face aux conséquences de l’agriculture lucrative, quelles alternatives non-marchandes, collectives et populaires ? Comment nourrir le peuple ?

Une population qui mange ce qui a été produit par plus exploité·e que soi ; une société qui tue ses producteur·ice·s par exploitation, suicide ou armes à feu ; une agriculture qui détruit la planète. Le constat est sombre. Les alternatives actuelles restent timides et partielles : les foncières n’enrichissent que les possédants et leurs salarié·e·s ; les AMAP restent inaccessibles aux plus pauvres ; les propositions électorales roses-vertes revendiquent les travers qu’elles dénoncent par ailleurs.

Des solutions émergent pourtant, loin des logiques lucratives : elles combinent production, transport, transformation et distribution, sans se demander qui a tels papiers, tels titres de propriété ou telle structure associative en règle. Ces pratiques informelles s’incluent dans des réseaux de solidarité plus vastes et rappellent l’absurdité du débat réducteur "agriculture industrielle ou paysanne ?" Si l’agriculture industrielle fait l’unanimité contre elle, la question reste posée : face au manque de vocations pour devenir paysan·ne·s, comment faire pour ne pas faire reposer la responsabilité de notre alimentation sur la seule paysannerie ? Quelles pratiques agricoles populaires et émancipatrices sont désirables pour nourrir le peuple ?

Et toute la journée :

Venez découvrir l’AERI et ses cantines : les GJ Montreuil, la cantine ivoirienne, le bouchon aérien et la cantine mexicaine.
Retrouvez aussi les cantines de l’interco champêtre (dont les BSP Montreuil) le collectif des Bons petits légumes, le Hackerspace basé à l’AERI, ainsi que d’autres initiatives solidaires de Montreuil et d’Ile de France.

 Une buvette fournie en produits paysans : café, tisanes, jus de pomme, bière... Ainsi que des tapas paysans. Tous les bénéfices sont fléchés en soutien à l’agriculture paysanne.

 Des infokioskes en lien avec l’accès à l’alimentation, l’agriculture, les migrations.

 Un stand du réseau de compagnonnage Fourche et champ libre.

 Une distribution à prix libre de quelques centaines de kilos de produits bio et paysans achetés à prix rémunérateur aux producteur·ice·s.

Un jour, vivre dans un air safe sera aussi évident qu’avoir de l’eau potable au robinet. Le collectif Winslow, le Mask bloc Paris et ARRA vous proposeront un table de documentation et seront disponibles pour discuter notamment réduction des risques, autodéfense sanitaire et inclusivité.

... et quelques surprises.