Lien copié !

Cet événement est passé !

9e séance du séminaire "Accumulations et accélérations : Le totalitarisme informatique" - Blocage du développement des enfants, désocialisation et désinhibition des adultes

Thèmes :
Éducation populaire Lutte pour la protection de l’environnement, écologie Lutte contre le patriarcat, féminismes Lutte des classes, travail et internationalisme Surveillance, répression, libertés, technopolice

Type d'événement :
Réunion publique

Quand ?

Cet événement est passé
Mardi 28 mai de 18h00 à 20h00,

Où ?
Maison des Sciences de l’Homme
54 Boulevard Raspail, 75006, Paris, France

#Numérique

Avec Marie-Claude Bossière, pédopsychiatre, chercheuse à l’IRI/Centre Pompidou, auteure de "Le bébé au temps du numérique. L’humanité au risque des disrupteurs relationnels", Hermann 2021.

Pour Hannah ARENDT, « le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus, un monde de réflexes conditionnés, de marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité. » Or, en externalisant de nombreuses facultés et activités humaines, l’informatique - faussement appelée numérique - tend précisément à rendre l’être humain et sa subjectivité superflus.

L’informatique exerce par ailleurs une emprise totale dans la mesure où les ambitions de rationaliser et d’automatiser la vie sociale débouchent sur sa pétrification ainsi que sur une double et vicieuse fuite en avant. Primo : dépossédé des vecteurs de sens que furent la religion et la vie familiale et communautaire, on cherche toujours plus le sens de la vie là où l’on ne peut en trouver, en l’occurrence dans la technique. Secundo : privé de la maîtrise du quotidien par la division sociale du travail, on compense cette impuissance par la promesse d’omnipotence qu’héberge le smartphone.

Il s’avère ainsi que l’informatique ne ravage pas tant par ses aspects ouvertement néfastes que par son énorme utilité individuelle : annulée par la concurrence mondialisée, cette attractivité se mue en facteur de désocialisation généralisée, au point que plus aucune sphère de la vie humaine ne sort indemne de l’accaparement de l’attention.

Inspiré d’une pédagogie interactive, le séminaire, gratuit et sans inscription, s’adresse à tous les intéressés et notamment aux étudiants et chercheurs en sciences humaines, en droit et en philosophie.