Lien copié !

Cet événement est passé !

Solidarité avec les jeunes en lutte (Montreuil)

Documents à télécharger :

Solidarité avec les jeunes en lutte.pdf

Thèmes :
Éducation populaire Lutte des classes, travail et internationalisme Surveillance, répression, libertés, technopolice Autre

Type d'événement :
Rassemblement

Quand ?

Cet événement est passé
Mardi 2 avril à 07h45,

Où ?
Lycée Jean Jaurès (Montreuil)
16 Rue Pierre Pépin, 93100, Montreuil, France

#éducationenlutte #Blocus #mouvementlyceen #planurgence93 #poubellesparty

Pour la mobilisation dans l’éducation
Pour la solidarité
Rendez-vous mardi 2 avril, à partir de 7h45 devant le lycée Jean Jaurès à Montreuil
(devant le portail, en face du café La pêche, 16, rue Pépin, Mairie de Montreuil).

Pourquoi ?
Pas seulement parce que c’est jour de grève. Pas seulement pour amplifier la mobilisation pour le plan d’urgence 93, contre la réforme de tri social dite du "choc des savoirs".

Mais aussi pour soutenir la mobilisation des jeunes, en l’occurrence au lycée et collège Jean Jaurès, alors qu’ils doivent faire face à différentes formes de répression.

Répression de l’administration, en particulier du proviseur et ses adjoints, menaces nombreuses et répétées brimades et tentatives d’intimidation, y compris physiques. Mais aussi des vigiles du rectorat, insultants et violents (Équipe Mobile de Sécurité). De la police, et de certains parents d’élève du collège, appelés par le proviseur à constituer une sorte de milice pour casser la mobilisation des jeunes. Dénigrements, insultes, menaces physiques, bousculades et pressions.

À cela s’ajoutent des sanctions à la tête du client (un chantage, surtout, autour de la notification d’heures d’absence les jours de blocus) et un fichage manifeste des élèves mobilisés.

C’est inacceptable !

Et puis la semaine passée, des sanctions d’exclusion temporaire pour 17 élèves, finalement levées suite à la mobilisation conjointe d’élèves, de parents et de profs. Le proviseur Eudes et son adjoint Remond annoncent maintenant que ces sanctions sont "suspendues", que les élèves sont en "sursis" : soit ils cessent leur mobilisation, soit le directeur mettra ses menaces à exécution !

Nous, adultes, devons prendre nos responsabilités pour que ce harcèlement et ces menaces cessent.

Venons nombreux pour assurer la fin des menaces et sanctions, pour les soutenir, pour prendre part à la mobilisation.

Se manifester à cet endroit c’est aussi une manière de s’opposer à la mise au pas de la jeunesse, à la caporalisation de l’école.
Pour soutenir la jeunesse mobilisée et les formes d’actions qui sont les siennes,
En lutte, ensemble, dans la complémentarité des positions et des formes de mobilisations.

— Parents en lutte