Lien copié !

Cet événement est passé !

Ligue des Droits de l’Homme : soirée d’analyse des enjeux et du déroulé de la répression à Saint-Soline

Thèmes :
Lutte pour la protection de l’environnement, écologie Surveillance, répression, libertés, technopolice

Type d'événement :
Réunion publique

Quand ?

Cet événement est passé
Mercredi 22 novembre 2023 de 19h30 à 22h00,

Où ?
Académie du Climat
2 Place Baudoyer, 75004, Paris, France

#SainteSoline #mégabassines

Le 25/03/2023, à Sainte-Soline, la mobilisation contre les Mégabassines dans les Deux-Sèvres a été réprimée fortement. La Ligue des Droits de l’Homme, via les observateur.ice.s sur place, a analysé dans un rapport cette répression. Cependant, la répression contre Bassines Non-Merci et les Soulèvements de la Terre n’a pas commencé et ne s’est pas arrêtée ce jour-là.

L’analyse de la répression du mouvement de contestation qui a eu lieu à Sainte-Soline le 25 mars 2023 est importante pour comprendre les enjeux locaux de cette répression le jour J en reprenant le rapport produit par les Observatoires des Libertés Publiques et des Pratiques Policières en lien avec la Ligue des Droits de l’Homme – LDH.

Cependant cette répression n’est pas nouvelle pour les militant.e.s de Bassines Non-Merci qui militent depuis plusieurs années contre la réalisation, l’utilisation et la programmation de nouveau projet de bassine de stockage d’eau.

Enfin, cette mobilisation soutenue par le collectif des Soulèvements de la Terre a également subi les actions de répressions.

La Ligue des Droits de l’Homme propose une soirée pour analyser les enjeux et le déroulé de la répression de cette mobilisation :

 19h30-21h30 : Conférence suivi d’un débat avec l’intervention de membres de l’Inter-Observatoire des Libertés Publiques et des Pratiques Policières, des Soulèvements de la Terre et de Bassine Non-Merci.
 21h30-23h : Projection du film « De l’eau jaillit le feu » par Fabien Mazzocco

La LDH (Ligue des Droits de l’Homme) agit pour que l’ensemble des droits tels qu’ils sont définis par la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH) s’appliquent à tous et toutes. Les militant.e.s agissent en faveur de cas individuels, mais aussi pour défendre l’accès de tous et toutes à tous les droits et pour que ces droits soient effectifs. A cette fin, les militant.e.s exercent une fonction importante de contrôle de l’action publique et d’impulsion de débats et de propositions au niveau local comme national. Indépendants des partis et des lieux de pouvoir, les militants et militantes de la LDH sont présents dans le débat public pour promouvoir les droits.

La LDH est une association à la fois unitaire et décentralisée ; ses sections en sont les unités de base et les lieux privilégiés de participation des adhérent.e.s. Elles disposent de l’autonomie d’expression et d’action et décident de leur activité locale et de leurs prises de position, pourvu qu’elles ne contredisent pas les positions de congrès de la LDH et qu’elle n’aillent pas contre ses principes.