Lien copié !

Cet événement est passé !

Jocelyne Saab et la résistance palestinienne. "Au Poste" - CinéMutins Club #4

Thèmes :
Lutte des migrant·es et sans-papiers, antiracisme politique, décolonisation Lutte contre le patriarcat, féminismes Éducation populaire

Type d'événement :
Réunion publique

Quand ?

Cet événement est passé
Jeudi 7 décembre 2023 de 18h30 à 22h30,

Où ?
Césure
13 Rue Santeuil 75005 Paris

#Palestine

Pour cerner le présent, plonger dans le passé.

Pour sa 4e édition, "Au Poste CinéMutins Club" vous propose de plonger dans l’œuvre de la Franco-Libanaise Jocelyne Saab. Les projections seront suivies d’un débat avec Mathilde Rouxel, chercheuse et directrice de l’Association Jocelyne Saab, et Jean-François Corty, vice-président de Médecins du Monde, favorablement connu de nos services.

NOTRE CINÉ CLUB

Chaque premier jeudi de chaque mois, à la tombée de la nuit, le média autonome Au Poste s’associe avec les francs-tireurs de la plateforme VOD CinéMutins pour des rencontres grand écran à Césure. Un long métrage de cinéma, l’équipe du film, une projection et ensuite : un débat dînatoire retransmis live et en roue libre sur Au Poste depuis la cantine. Et en première partie, pour brasser les genres et les gens, un ou deux courts métrages.
Prix libre, satisfaction garantie.
En partenariat avec La (super) Scop des Sales Gosses.

Libre participation aux frais. Cela nous permettra de rétribuer les auteurs/réalisateurs/producteurs (nous louons les films projetés) et de financer une partie de l’organisation.

PROGRAMME :

 18h30 : Court métrage
Film des étudiants en cinéma de Nanterre à confirmer.
 19h : 5 films de Jocelyne Saab
Présentés en version restaurée, ces films font partie du coffret « Jocelyne Saab, cinéaste (période 1974-1982) » édité par les Mutins de Pangée.

Jocelyne Saab est née à Beyrouth en 1948, année de la Nakba, dans un quartier très mixe de Beyrouth-Ouest où se côtoient musulmans libanais, kurdes, chrétiens. En 1968, elle entre à l’université et découvre la réalité des camps de réfugiés palestiniens. Elle fait des études d’économie en dépit de son désir de cinéma, et se lance dans le journalisme. Grâce à France 3, elle devient reporter de guerre, envoyée dans la Libye de Kadhafi, l’Irak de Saddam Hussein, mais surtout dans le Sinai et le Golan syrien en 1973, lors de la Guerre d’Octobre qui ébranle Israël et permet à l’Égypte de récupérer une partie des territoires occupés par l’armée israélienne depuis 1967.

En 1974, elle réalise "Les Femmes palestiniennes" sur la lutte des Palestiniennes au Liban. Très classique dans sa forme (Saab a appris à faire des images dans les canons de la télévision française), le film est pourtant jugé trop militant et censuré. À partir de là, elle décide de travailler à son compte. Les groupes armés palestiniens lui font confiance : elle est la première journaliste à documenter un camp d’entraînement palestinien, le premier à pratiquer les commandos-suicides.

"Le Front du refus" (1975) est l’un des scoops qui propulsent sa carrière. En dépit du ton critique qu’elle emploie (car incapable de comprendre comment cette violence destructrice pouvait réparer la douleur de la colonisation), les Palestiniens continuent de lui faire confiance, grâce notamment au travail qu’elle réalise après le massacre de la Quarantaine en 1976. La Quarantaine est un quartier situé au nord est de Beyrouth, à l’époque un bidonville peuplé en majorité de Kurdes, de musulmans libanais et de Palestiniens, dans une région à majorité chrétienne. Le massacre perpétré par les milices chrétiennes d’extrême droite est considéré comme le premier de la guerre civile.

Jocelyne Saab ne le documente pas directement : avec "Les Enfants de la guerre" (1976), elle fait un retour sur le massacre en interrogeant les enfants survivants, pour la plupart palestiniens. Elle continue de couvrir le conflit jusqu’à l’invasion israélienne du Liban en 1982 et le siège de Beyrouth-Ouest, qui avait pour objectif d’éliminer les leaders de l’OLP. Restée à Beyrouth pendant le siège, Jocelyne Saab réalise "Beyrouth, ma ville" (1982), une ode politique à la vie, qui documente l’occupation israélienne de Beyrouth jusqu’au désespoir du départ des Palestiniens, qui solda leur présence.

C’est à elle qu’Arafat demande de documenter son départ du Liban sur l’Atlantis, le bateau qui le mènera en Grèce : "Le Bateau de l’exil" (1982) est le film-gardien de ces images, et fut le dernier documentaire réalisé à Beyrouth par la cinéaste. Le départ des Palestiniens du Liban a marqué pour elle la fin d’un monde, au prix, pour tous trop coûteux, de l’utopie.

 Les Femmes palestiniennes
Jocelyne Saab donne la parole aux femmes palestiniennes, victimes souvent oubliées du conflit israélo-palestinien. Documentaire, 1974, couleur, France, 16 mm, 16 min.

 "Le Front du Refus (ou Les Commandos-suicides)"
Quand la paix s’avère impossible, tous les moyens sont bons pour défendre une cause politique. De là naît, à la frontière qui sépare les territoires palestiniens et ce qu’ils refusent de reconnaître comme Israël, l’idée des commandos-suicides. Jocelyne Saab filme des adolescents de seize à vingt-deux ans, qui s’entraînent sans relâche, dans une base secrète souterraine, à devenir des commandos-suicides. Documentaire, 1975, couleur, France, 16 mm, 10 min.

 "Les Enfants de la guerre"
Quelques jours après le massacre de la Quarantaine, dans un bidonville à majorité musulmane de Beyrouth, Jocelyne Saab suit et rencontre les enfants rescapés, marqués par les visions horribles des combats qui se sont déroulés sous leurs yeux. En leur offrant des crayons pour dessiner et en les engageant à jouer sous l’œil de sa caméra, la réalisatrice se retrouve face à un constat amer : ils ne connaissent plus d’autre jeu que celui de la guerre, qui, rapidement, devient pour eux aussi un métier. Documentaire, 1976, couleur, France, 16/35 mm, 10 min.

 "Beyrouth, ma ville"
En juillet 1982, l’armée israélienne assiège Beyrouth. Quatre jours plus tôt, Jocelyne Saab voit sa maison brûler et 150 ans partir en fumée. Elle se pose alors la question : quand tout cela a-t-il commencé ? Chaque lieu deviendra alors une histoire et chaque nom une mémoire. Documentaire, 1982, couleur, Liban, 16 mm, 37 min.

 "Le Bateau de l’exil"
Après avoir vécu dans la clandestinité à Beyrouth pour échapper aux Israéliens, le chef de l’OLP Yasser Arafat a quitté le Liban pour un nouvel exil en Grèce puis en Tunisie à bord du paquebot Atlantis. Il parle de son destin et de l’avenir de l’OLP. Documentaire, 1982, couleur, Liban, 16 mm, 12 min.

À 21h, débat en public avec Mathilde Rouxel, chercheuse et directrice de l’Association Jocelyne Saab et de Jean-François Corty, vice-président de Médecins du Monde, favorablement connu de nos services.